23/06/2010

Scaphandre - Didier Mahieu

Sur le site des facultés de Gembloux, Didier Mahieu donne la pleine ampleur à sa recherche. Certaines installations gardent toute la poésie intimiste que l'on a connu dans les précédentes expositions, mais d'autres acquièrent une force, elle dialogue avec la structure des lieux autant qu'avec leur histoire. Son imaginaire personnel est mis en relation avec l'histoire du monde et de notre planète et devient universel."Scaphandre - Quand l'art touche la science est une initiative inédite dans le monde universitaire en Communauté française. L'objectif de cette exposition exceptionnelle est de poser un regard critique, artistique et scientifique sur les grands défis que connaît aujourd'hui notre planète, qu'il s'agisse de la désertification, de la fonte des glaces, de la nécessité d'une alimentation durable... L'exposition présentera des œuvres entièrement originales, créées spécifiquement pour l'occasion et qui sont le fruit d'une interaction entre l'artiste Didier Mahieu et les scientifiques de Gembloux Agro-Bio Tech.DU 17 MAI AU 31 JUILLET 2010

ab.jpgaab.jpg

09:18 Écrit par anne dejaifve dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art contemporain |  Facebook |

08/06/2010

JO Delahaut - Namur-

Une belle exposition à la Maison de la Culture de Namur .Danièle Gillemon nous en parle avec ferveur dans Le Soir du 19 mai .........."L'exposition de Namur, nullement une rétrospective mais parcours choisi du début à la fin, en 1992, rappelle que Delahaut fut le seul, au sein de la Jeune Peinture, à opter pour cette conception radicale de l'espace mis en scène par une géométrie minimale. Et comment il se mit à l'abstrait, dès 1946, sans avoir connu ses prédécesseurs de la Plastique Pure.Grâce à lui, la couleur allait peser tout son poids, libérer ses , entraîner l'œil vers une communication supérieure avec le monde. Imaginant des espaces purement mathématiques et aériens, des compositions funambules que de nouveaux accords gonflaient d'un tonus inouï, le peintre déboucha tout naturellement sur l'intégration architecturale et sur d'autres applications comme la reliure, se distinguant très franchement du minimalisme atonal des artistes américains.En mettant la géométrie au premier plan comme la plus lucide conquête de l'homme pour gérer l'espace, il refusait ni plus, ni moins, la déshumanisation, et confirmait qu'il n'est point besoin de figure ni d'image pour parler des êtres."...................................Un seul regret, le manque de soin avec lequel ont été conservées certaines toiles (distendues, tordues) On a retrouvé avec plaisir de très belles oeuvres de la collection du musée de Louvain-la-Neuve.Maison de la Culture de Namur, 14 avenue Golenvaux, jusqu'au 27 juin, tous les jours de 12 à 18h, sauf 24 mai. Tél. 081-77.67.73. ..............delahaut2

16:07 Écrit par anne dejaifve dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : art |  Facebook |

ED templeton - S.M.A.K- Gent

Encore jusqu'au 13.06.2010 Dernière semaine des expositions d'Ed Templeton & Electrified 02Ed Templeton, Faith Fear/Fear Faith, photo by Dirk Pauwels, S.M.A.K., 2010Les expositions d’Ed Templeton et Electrified 02 peuvent encore être visitées jusqu’à dimanche. Saisissez votre chance de voir pour la dernière fois les ensembles d’images d’Ed Templeton et les enregistrements des interventions live des artistes dans la ville. ............................................."L’exposition raconte l’histoire d’un skateur professionnel, d’un photographe, d’un dessinateur, d’un peintre… Une histoire qui, même si elle porte essentiellement sur sa vie et celle de son entourage, dépasse largement la dimension autobiographique et met à nu des phénomènes de société avec courage et sans porter le moindre jugement. Difficile de classifier l’œuvre d’Ed Templeton (°1972). Ayant grandi dans Orange County, une banlieue de Los Angeles, il a passé sa jeunesse dans un univers de skateboarding et de musique punk. Ayant révélé dès son plus jeune âge ses talents de skateur professionnel, il fonde à 21 ans à peine sa propre compagnie, Toy Machine Bloodsucking Skateboard Company, dont il assure tout le 'artwork'. Très jeune déjà, Templeton était passionné de dessin et de peinture, mais il doit son élan artistique à la découverte d’artistes comme Egon Schiele, Balthus et David Hockney. La photographie en revanche a toujours été une constante dans sa vie. Il s'est mis d'emblée à travailler avec une caméra analogique, ce qui lui a permis de produire lui-même ses images de manière traditionnelle. Pas plus qu’Ed Templeton ne pourrait choisir entre le skateboard et le statut d’artiste – car ces disciplines se nourrissent mutuellement – il ne pourrait se limiter à une seule discipline artistique. La photographie, la peinture et la sculpture sont complémentaires et toutes égales à ses yeux. Templeton annote souvent ses dessins, photos et tableaux d’anecdotes, d’impressions et de réflexions qui leur donnent une nouvelle profondeur et en enrichissent la lecture. Réunies pour une exposition, ses images racontent ensemble une histoire, sans rien perdre de leur autonomie artistique. " SMAKed

15:50 Écrit par anne dejaifve dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/04/2010

Déluge......Merci Monsieur Bauchau

Henry Bauchau nous offre un nouveau roman où l'art à la première place." Lire Henry Bauchau revient à partir en reconnaissance. Les chemins qu’il prend s’enfoncent dans les profondeurs de l’âme", nous dit Claire Devarrieux dans Libération.Bruno Frappat poursuit dans La Croix:"Tous les thèmes de Bauchau, reliés à toutes les mythologies des civilisations, se retrouvent dans une fiction à valeur universelle. La folie (cet écart aux normes), la création artistique poussée jusqu’au mysticisme, la quête du temps intérieur, l’élucidation des circonvolutions du psychisme, l’amour entre les êtres (toujours avec une pudeur dont bien des «jeunes» devraient s’inspirer), la vérité profonde de l’imaginaire: tout Bauchau est là, rassemblé...Ne racontons pas l’histoire de ce tableau immense que Florian, Florence et Simon (le petit ami de Florence) réaliseront ensemble durant des mois et des années. Disons seulement que l’eau et le feu s’y mènent une guerre longue. Que le récit tiré de la Genèse nous ramène à la fois au premier matin du monde, à l’Histoire en train de se défaire, aux tours de Manhattan et, pour finir, au rebond d’espérance de la fin du Déluge. Quand les rescapés, quittant l’obscurité de la grande nef (des fous?) retrouvent la terre ferme, les bois et les fleurs.Mais cette espérance retrouvée le sera par un travail intense, énorme, décourageant parfois, sur soi et sur les autres. Par des transes dangereuses, finalement traversées. C’est, au fond, le récit d’une aventure intérieure à plusieurs dans laquelle l’intériorité de l’un agit sur celle des autres. Jusqu’à la guérison ou jusqu’à la mort, c’est selon…" ......................................Déluge Henry Bauchau Actes sud

17:40 Écrit par anne dejaifve dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/04/2010

Charley Case à Charleroi

Charley Case nous rend heureux. Il faut voir son exposition à Charleroi avec tous ceux à qui vous voulez offrir un moment de paix, d'harmonie, enfants, ados ou grands parents. Une exposition qui peut être une bonne introduction à l'art contemporain. . Claude Lorent a très bien traduit le monde de Charley Case: "Dire le monde, pour lui c’est célébrer la vie au naturel, c’est évoquer le cycle vital dans une relation d’intimité entre la terre en tant qu’organisme vivant et les gens. La mort n’y est pas évincée, au contraire, elle nourrit son Arbre à souhaits peint sur le mur, constitué de multiples branches toutes grouillantes de petits bonshommes sans âge, venus de la profondeur des temps et que l’on retrouve comme un leitmotiv, en dessins, peintures, projections. Ils sont sur terre, selon l’artiste, autant de petites îles qui s’abreuvent, se développent et transmettent la vie." Claude Lorent -La libre BelgiqueUn petit catalogue rédigé par Claude Lorent et une très belle fiche pédagogique accompagnent cette exposition; un plus!case13

09:41 Écrit par anne dejaifve dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art contemporain |  Facebook |

05/04/2010

En quelques traits- exposition à l'ISELP

Nous avions signalé, lors de la biennale de Venise, le renouveau du dessin. L'exposition à l'Iselp le confirme. Cette exposition rassemble un bel éventail d'artistes belges privilégiant ce domaine. Dans cette belle sélection, deux anciens que l'on retrouve toujours avec intérêt: Benoît Félix et Tristan Robin."L’exposition de l’Iselp ...devrait servir la cause d’un dessin qui reste un fer de lance de la création plastique, le domaine réservé d’artistes soucieux de dire "En quelques traits" l’essence de leur adhésion au monde. Plusieurs types de dessins s’entrecroisent ici et cela génère une dynamique qui, de surprise en surprise, nous éclaire sur la vivacité d’un registre en lequel la main, le cœur et l’esprit se rejoignent dans une économie de moyens qui n’est pas sans extravagances ni audaces" R.P.Turine dans La Libre.jusqu'à la mi-avril à l'Iselp Bruxelles...................................................Habitat Tristan Robin..........

17:26 Écrit par anne dejaifve dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : art contemporain |  Facebook |

14/03/2010

PASSEZ VOTRE TEMPS Nicolas Biéva

A voir aussi dans le cadre de chambres avec vues. "Passez votre temps" Travail de Nicolas Biéva

17:22 Écrit par anne dejaifve dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art contemporain |  Facebook |