25/04/2010

Déluge......Merci Monsieur Bauchau

Henry Bauchau nous offre un nouveau roman où l'art à la première place." Lire Henry Bauchau revient à partir en reconnaissance. Les chemins qu’il prend s’enfoncent dans les profondeurs de l’âme", nous dit Claire Devarrieux dans Libération.Bruno Frappat poursuit dans La Croix:"Tous les thèmes de Bauchau, reliés à toutes les mythologies des civilisations, se retrouvent dans une fiction à valeur universelle. La folie (cet écart aux normes), la création artistique poussée jusqu’au mysticisme, la quête du temps intérieur, l’élucidation des circonvolutions du psychisme, l’amour entre les êtres (toujours avec une pudeur dont bien des «jeunes» devraient s’inspirer), la vérité profonde de l’imaginaire: tout Bauchau est là, rassemblé...Ne racontons pas l’histoire de ce tableau immense que Florian, Florence et Simon (le petit ami de Florence) réaliseront ensemble durant des mois et des années. Disons seulement que l’eau et le feu s’y mènent une guerre longue. Que le récit tiré de la Genèse nous ramène à la fois au premier matin du monde, à l’Histoire en train de se défaire, aux tours de Manhattan et, pour finir, au rebond d’espérance de la fin du Déluge. Quand les rescapés, quittant l’obscurité de la grande nef (des fous?) retrouvent la terre ferme, les bois et les fleurs.Mais cette espérance retrouvée le sera par un travail intense, énorme, décourageant parfois, sur soi et sur les autres. Par des transes dangereuses, finalement traversées. C’est, au fond, le récit d’une aventure intérieure à plusieurs dans laquelle l’intériorité de l’un agit sur celle des autres. Jusqu’à la guérison ou jusqu’à la mort, c’est selon…" ......................................Déluge Henry Bauchau Actes sud

17:40 Écrit par anne dejaifve dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.